Carnet de Voyage J'ai testé pour vous

COLOMBIE – Circuit de 5 jours dans la région de Boyaca.

By on 26 janvier 2017

Après une petite parenthèse sur la côté Caraïbes pour les fêtes de fin d’année, j’ai quitté la chaleur et suis retournée dans les terres dans la région de Boyaca afin de visiter plusieurs villages typiques à l’architecture coloniale ainsi que le fameux Paramo de Oceta. Au programme: paysages inédits, des plantes inconnues et une atmosphère onirique, voir étrange. Voici dans cet article une proposition d’itinéraire pour ceux qui n’ont que peu de temps à passer dans la région.

 

Capture d’écran 2017-01-26 à 10.29.44

Capture d’écran 2017-01-26 à 10.29.05

Jour 0

Arrivée à Sogamoso en fin de journée depuis Bogota et installation à l’hostel.

  • Prix du trajet: 25 000 COP
  • Temps de trajet : 4 heures

La ville de Sogamoso n’est pas spécialement jolie mais elle est centrale et constitue un bon point de départ pour les différentes visites aux alentours.

Je vous recommande le Guaque hostel à 20/30 minutes à pied de la gare routière. Très propre et calme. Le gérant peut vous aider à organiser vos journées et éventuellement son frère est guide pour le Paramo de Oceta à Mongui.

  • Prix du dortoir: 25 000 COP/nuit
  • Lessive: 15 000 COP par machine (par personne peu importe le poids)

Jour 1:

Visite du Lago de Tota: il s’agit du plus grand lac colombien situé à plus de 3000 m d’altitude.

IMG_0108

  • Comment y aller: depuis le Puente de Pescado  au croisement entre la calle 7 et la carrera 9 : prendre un bus direction Lago de Tota et s’arreter à Playa Blanca.
  • Temps de trajet: environ 40 min
  • Prix du trajet: 6 500 COP

Une fois à Playa Blanca vous pouvez vous balader sur les rives du lac, camper et déjeuner dans l’un des restaurants. Les plus courageux et les moins frileux pourront se baigner.

2017_0121_112234_003
Visite du village de Iza.

Sur la route du retour du lac, arrêtez-vous dans le petit village de Iza. Le mieux est d’y aller le dimanche car il y a un marché. Le village est principalement connu pour la vente de ses gâteaux. Attention, si vous êtes fan de pâtisserie fine vous allez être déçu. Il s’agit surtout de gâteaux mousseux avec de la crème et de la génoise. Mais il y en a pour tous les goûts: aux fruits, au chocolat, au dulce de leche….

  • Prix du trajet Iza/Sogamoso: 2 800 COP

2017_0121_151045_001

2017_0121_151057_003

Jour 2:

Randonnée au Salto de las Candelas: haute de 250 mètres, il s’agit d’une des plus grandes cascades de Colombie. Il faut traverser une forêt tropicale pour y arriver (circuit de 8km environ)

  • Comment y aller: depuis le terminal  de Sogamoso, prendre un bus en direction de Yopal et dire au chauffeur de s’arrêter à Corinto devant le restaurant El Pancito. Une fois devant le restaurant, traversez la route, revenez une centaine de mètres en arrière pour trouver l’entrée du chemin de la randonnée. Il faut tourner sur la droite juste avant la petit maison verte et blanche. Le chemin est ensuite facile à suivre. Il y aura parfois des barrières en barbelée qui vous barreront la route, mais il y a toujours un système pour baisser la barrière et passer.
  • Temps de trajet en bus: 2h depuis Sogamoso
  • Prix du trajet: 12 000 COP
  • Durée de la randonnée: environ 1h15 pour atteindre la cascade et 1h pour revenir.

Attention, pour atteindre la cascade il y a des escaliers en pierre à monter. Au retour, soyez prudent car avec l’humidité et la mousse, les pierres sont très glissantes et une chute est vite arrivée (mes fesses peuvent en témoigner!)

2017_0122_122809_001

Jour 3:

Visite de Mongui:

Cette petite bourgade est considérée comme l’un des plus beaux village de la région de Boyaca. Avec son architecture coloniale typique et ses couleurs rouge et verte (symbole de la région), il est vrai que le village est magnifique. Il est aussi le point de départ des randonnées dans le Paramo de Oceta. Venez le visiter pendant une demi-journée (cela suffit largement car le village est petit et il n’y a pas grand chose à faire) et organiser votre journée suivante pour aller randonner dans le Paramo. Passez-y la nuit.

IMG_0195

IMG_0186

IMG_0207

2017_0123_123427_001

IMG_0178

Jour 4:

Journée de trekking dans le Paramo de Oceta.

J’ai fait cette randonnée avec le frère du gérant de l’hôtel de Sogamoso.

  • Prix du guide pour la journée: 35 000 COP/personnes (nous étions 3, le prix est dégressif en fonction du nombre de participants).
  • Mais sinon, vous pouvez organiser votre trek directement à l’office du tourisme situé sur la place principale du village.

La randonnée est magnifique et les paysages extraordinaires et uniques grâce à la particularité de la végétation (voir ci dessous l’encart sur le Paramo). La randonnée n’est pas difficile en soi, mais cela grimpe pas mal (de 2900m à 4000 m d’altitude donc on est vite essoufflé pour pas grand chose). Nous finissons le trek au milieu des fraijones avec une magnifique vue sur la laguna Negra en contrebas.

Je conseille vivement de prendre un guide car il n’y a pas spécialement de chemin défini. En janvier 2017 il n’y avait rien à payer pour rentrer dans le Paramo, mais il me semble que d’ici peu, il faudra vous acquitter d’un droit d’entrée pour la conservation du site (affaire à suivre…)

Nuit à Mongui (mais si c’était à refaire, je retournerais à Sogamoso le soir même pour gagner du temps sur les trajets de bus de la journée suivante): Hospedaje Terazas (25 000 COP/personne/nuit)

IMG_0217

IMG_0223

IMG_0240

2017_0124_130954_002

Jour 5:

Visite de Villa de Leyva.

Dans la même lignée que Mongui, Villa de Leyva est une ville coloniale qui semble figée dans le temps et tout droit sortie d’un décor de cinéma. Très bien préservée, je conseille d’y passer une demi-journée (cela suffit en basse saison, sinon une journée entière s’il y a beaucoup de monde). Le point d’attraction principal est la place centrale de la ville qui est sensée être une des plus grandes « plaza mayor » du continent américain (120m sur 120). L’idéal est de flâner sur la place et dans les rues adjacentes. L’architecture du village est typique et sublime avec ses villas coloniales blanches, leurs fenêtres et portes en bois massif et leur toit en terra cota.

Je ne suis restée qu’une demi-journée et ai pris un bus dans l’après midi pour rejoindre Bogota.

  • Comment y aller: pour vous rendre à Villa de Leyva, vous devez passer par la ville de Tunja car il n’y a pas de bus direct depuis Mongui ou Sogamoso.
  • Prix du trajet Mongui / Tunja: 10 000 COP
  • Temps de trajet Mongui/ Tunja: 2 heures car le bus à fait énormément d’arrêts pour déposer et prendre des passagers
  • Prix du trajet Tunja/ Villa de Leyva: 6 500 COP
  • Temps de trajet Tunja / Villa de leyva: 1 heure
  • Prix du trajet Villa de Leyva / Bogota: 22 000 COP
  • Temps de Trajet Villa de Leyva / Bogota : 4 heures (accident et embouteillages sur la route)

 

 

Prix de ce circuit:

Bus:
Bogota/ Sogamoso: 25 000 COP
Sogamoso/ Playa Blanca: 6 500 COP
Playa Blanca / Iza: 3 700 COP
Iza/ Sogamoso: 2 800 COP
Sogamoso/Yopal, Corinto (A/R): 12 000 *2 COP
Sogamoso/Mongui : 3 200 COP
Mongui/Tunja: 10 000 COP
Tunja/ Villa de Leyva: 6 500 COP
Villa de Leyva/ Bogota: 22 000 COP
Total: 103 700 COP, soit environ 33 EUR

Logements en hostel: 5 nuits à 25 000 COP = 125 000 COP (je ne compte pas le prix de la dernière nuit où je rentre à Bogota), soit environ 40 EUR

Qu’est ce qu’un paramo?

Après avoir vu des paysages de jungles tropicales, des déserts tous plus arides les uns que les autres, des mangroves, des canyons… j’ai découvert dans les environs de Mongui un paysage que je n’avais encore jamais vu (ou imaginé) jusque là: le Paramo.
D’un point de vue technique, un paramo est un écosystème particulier que l’on ne trouve que dans la Cordillère des Andes, entre la limite des forêts et les neiges éternelles entre 3000 et 4000 m d’altitude. L’isolement et l’altitude du Paramo d’Oceta favorise le développement de plantes particulières.
Je n’avais jamais vu ce type de végétation auparavant: il n’y a d’arbres ou d’arbustes mais des tapis de fleurs de toutes les couleurs et des plantes ressemblant vaguement à des palmiers: les frailjones.
Ces plantes ne poussent que d’ 1cm tous les ans, donc nous sommes entourés d’une végétation comprise entre 100 et 200 ans. Une croissance extrêmement lente pour une plante robuste résistante aux conditions particulières du paramo (pas très chaud, parfois venteux et en altitude). Au niveau de couleurs, j’ai croisé 3 types de frailjones: des verts, des jaunes et des blancs.
À première vue, la végétation semble très sèche. Cependant, le paramo est aussi constitué de nombreuses étendues boueuses et de tourbières.

IMG_0238

IMG_0278

2017_0124_122110_004

IMG_0223

Incoming search terms:

  • páramo d\oceta depuis sogamosso
TAGS
RELATED POSTS
2 Comments
  1. Répondre

    comment arriver a communiquer

    12 mars 2018

    Salut, si jamais vous cherchez un rédacteur concernant ce sujet que j’adore tant, contactez moi, c’est en prenant plaisir que
    je ferais plusieurs messages, quelques billets comme on dit pour ce blog.

LEAVE A COMMENT